Accueil > Jeux vidéo > Mass Effect : l’effet buggy girl ?

Mass Effect : l’effet buggy girl ?

jeudi 16 juillet 2009, par Le DC

JPEG - 17 ko
Moon Patrol, je vous dis !

J’avoue, j’ai joué le rôle d’un mec auquel j’ai donné un visage ravagé. Mais ça ne l’a pas empêché d’avoir un certain succès auprès de la gente féminine (ou multi-sexe) de l’histoire. "An opéra spatial love story", pour plagier Max Payne II, mais avec, euh... un très fort hommage à Moon Patrol. Dans des décors insolites et grandioses, notre héros rebondit de montagnes en plaines mal fréquentées jonchant des planètes équivalentes. Bien étriqués, l’armement, la magie et les ennemis, sans compter les missions, tout cela l’est également. On pourrait croire à un jeu français, par la qualité esthétique (entre Chris Foss et Roger Dean (souvenez-vous : Yes et Psygnosis)) qui pourrait être kitch (les vilains penseront à Star Trek) mais ne l’est pas. J’y connais rien en cinéma mais les cinématiques, utilisant le moteur du jeux (bonne pioche) sont pêchues en diable, même dans les dialogues où notre apprenti Jedi local (apprenti pilote de buggy aussi) écoute sagement la liste des courses à faire chez zombi / clone / pirate-shop. Comme un jeu français donc, c’est l’esthétique (et le scénario, très classique mais très rebondissant) qui prime. Ce n’est pas un jeu français, donc cela reste un bon jeu, même si les musiques ont du être composées par Vangelis quand il sort de nouba avec Demis et que ce dernier se vautre dans les câbles du DX775. Un bon jeu CONSOLE ! C’est à dire très répétitif, au game-play simplifié et à la facilité improbable. C’est bien simple, un jeu de rôle dans lequel on attribut un peu au hasard armes (très nombreuses et aux munitions infinies) et compétences et qu’à chaque fois, ça passe ! Les virages scénaristes semblent trancher net dans le déroulement mais ne sont issus que des dialogues. Et puis on débarque sur une planète, bondissant dans le six-roues lourdement armés, on verse une petite larme pour Giants, parce que ça rappelle, et on promène ses mignonnes.

Mass Effect : un moment haletant et envoutant de mise en scène et de découverte. Un challenge modeste, qui ne gâche rien mais qui reste loin des ténors (qui eux-même sont loin de nous).

H.S. : jeux français récents ne respectant pas la règle de la bouse parfumée : Soul Bubble, Trackmania...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Mots-clés : Texte
    Mots-clés : Auteurs
    Mots-clés : Illustration
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.